CHALLAPATA – SAJAMA – BOLIVIE ALTIPLANO VOYAGE

Jour19  04-juin lundi  Challapata – Oruro – Sajama     

CHALLAPATA – SAJAMA – 432 Kms – Météo : Soleil -8° la nuit.

Nous sommes donc en retard d’une journée sur notre planning à cause de Uyuni. Mais il faut qu’on aille à Sajama, nos voyageurs y vont! Donc départ à 9h, mais il faut changer de l’argent à Oruro. On se dépêche, puis il faut aussi faire le plein. Tout une histoire: depuis un mois toutes les pompes ne peuvent pas servir les voitures avec plaques étrangères, donc il faut trouver la bonne pompe. Hormis le fait qu’on paie quasiment le triple du prix (oui, mais le prix de base est subventionné), un policier se poste à chaque pompe autorisée et fait le calcul pour le paiement à la place du pompiste. Dodgi est plein, nous voilà repartis! La route pour Sajama est un vrai enchantement.

200 photos, je crois, en 3 heures.

Arrivée au village, le bout du monde, encore. Seuls avec quelques maisons en terre, les lamas, vigognes, moutons, et les volcans à sommets enneigés comme panorama à 360 degré autour de soi. Il fait horriblement froid, le vent souffle encore comme dans le Sud Lipez, à plus de cent à l’heure, on le sent dans la cabine, on est à 3800 mètres. On se calfeutre dans Dodgi pour faire le tri des photos, le rapport, et un bon dîner sophistiqué: poulet chilien à la basquaise (tomates chiliennes), courgettes chiliennes sautées à l’oignon frais bolivien, épinard au beurre et à l’ail (encore chilien – bolivien). Je fais aussi faire cuire des oeufs et des patates chiliens et les patates douces boliviennes à l’eau en préparation de salade froide pour demain midi. Ca met plus d’une heure et ça n’a pas l’air être encore tout à fait cuits. Mais bon, à table, puis, bouillotte, chauffage et dodo.

Départ à 9 heures 45 après réparation du pied de la cellule chez le garagiste du village, bien faite pour presque rien ! Les routes sont enfin praticables, par contre l’essence est toujours contrôlée (à Oruro) un pompiste pour servir, un policier pour nous montrer le prix (x3), et encaissement par le pompiste. Il faut savoir que l’essence pour les Boliviens est subventionnée et donc beaucoup moins chère qu’au Chili et Pérou d’où l’installation d’un trafic entre ces pays, mais cela n’empêche pas le marché noir ! Arrêt à Caracollo pour nous approvisionner en fruits et légumes dans un petit marché de village avant de reprendre la route pour le parc de Sajama.

Pendant plus de 30 kms nous avons le célèbre volcan Sajama (6450 mètres) en ligne de mire et les deux volcans jumeaux qui marquent la frontière du Chili et de la Bolivie. Des champs de laves pétrifiés de toutes les formes, de toutes les couleurs, entrecoupés de prairies ou paissent les lamas, vigognes et alpagas (l’appareil photo a chauffé).

Le soir, bivouac dans une des rues du petit village de Sajama avec l’électricité d’une habitante et l’autorisation de ce servir des WC pas très stable !

Ylinh a avoué qu’elle n’avait jamais vu autant de belles choses en si peu de temps. Il est vrai que les paysages que nous avons découverts cet après midi étaient époustouflants, du jamais vu, quelque chose qu’on ne peut voir que là bas, dommage que nous avions si peu de temps.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s